Retour

Analyse d'eau

Analyse bactériologique


L’analyse bactériologique de votre eau identifiera le taux de contamination par les bactéries et qui la rende impropre à la consommation. L’identification des coliformes fécaux, des entérocoques, des B.H.A.A, et des colonies atypiques suit une méthode scientifique en laboratoire, à partir d’un échantillon de votre eau.


Les analyses d'eau bactériologique portent sur les bactéries suivantes :

Coliformes fécaux

Les coliformes fécaux

Proviennent des intestins et des excréments des humains et des animaux à sang chaud. La présence de ces bactéries dites pathogènes est très risquée pour la santé des humains et des animaux. La bactérie e-coli (Escherichia coli) appartient à cette catégorie de coliformes. L’absorption d’une eau infectée de coliformes fécaux peut entraîner des maladies très graves et, dans certains cas, peut causer la mort. Les premiers symptômes sont généralement de nature gastro-intestinale (nausées, vomissements et diarrhée).

Il est à noter que la concentration maximale acceptable de la bactérie e-coli dans les systèmes publics et privés d’approvisionnement en eau potable est de zéro (0) micro-organisme détectable par 100 ml.

Entérocoques (streptocoques fécaux)

Les entérocoques
(streptocoques fécaux)


S'apparentent aux coliformes fécaux, ils sont donc des bactéries pathogènes, c'est-à-dire dangereuses pour la santé. Presque toujours reliés à la contamination fécale, les entérocoques résistent beaucoup aux substances aseptiques qui devraient empêcher leur croissance. Certains entérocoques peuvent se transformer en germes initiateurs de plusieurs maladies telles que les angines, les otites, les méningites et d'autres toutes aussi sérieuses.

coliformes totaux

Les coliformes totaux

Concernent le décompte total des bactéries de type coliformes. Bien que la plupart dérivent de substances végétales, certains coliformes totaux peuvent être d'origine fécale (de 10 à 15 %). Ces bactéries servent d'indicateurs de pollution ou de contamination microbiologique. Dans le cas d’un puits cela peut révéler la présence d’une infiltration de l’eau de surface. Si l’analyse d’eau détecte la présence de coliformes totaux dans une concentration de plus de 10 UFC/100ml, il faut désinfecter le puits. On suggère aussi de faire un nouvel échantillonnage de l’eau potable dans les 30 jours qui suivent.

B.H.A.A. (Bactéries hétérotrophes aérobies et anaérobies)

Les B.H.A.A. (Bactéries hétérotrophes aérobies et anaérobies)

Représentent le décompte total des germes présents dans l'eau. Un dénombrement plus grand que 500 UFC par millilitre rend l'eau impropre à la consommation. Heureusement, la grande majorité des B.H.A.A. retrouvées dans l’eau potable sont non pathogènes. Cependant, quelques-unes le sont, et elles peuvent causer des infections aux personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Les B.H.A.A. peuvent aussi servir d’indicateur de pollution, notamment pour déceler la présence de matière organique résiduelle dans les conduites d’alimentation. La matière organique favorise la croissance des bactéries. Le rôle d’indicateur des B.H.A.A. est donc précieux pour un meilleur contrôle de qualité de l’eau potable.

Colonies atypiques

Les colonies atypiques

Les colonies atypiques sont des colonies bactériennes qui font partie des B.H.A.A mais leur présence dans l’eau potable n’est pas souhaitable. Elles n’ont pas la couleur vert métallique lors du dénombrement des coliformes par la méthode de la membrane filtrante et ont la croissance des coliformes lorsque leur nombre est supérieur à 200 UFC/100 ml. En grand nombre, elles rendent les analyses bactériologiques inutiles et on doit faire une désinfection de façon préventive.


Experteau transige exclusivement avec des laboratoires accrédités.

Les tests administrés mesurent notamment les paramètres bactériologiques suivants :

Coliformes fécaux – niveau recommandé : moins de 1 UFC/100 ml
Entérocoques - niveau recommandé: moins de 1 UFC/100
Coliformes totaux - niveau recommandé: moins de 10 UFC/100 ml
B.H.A.A. - niveau recommandé: moins de 500 UFC/ml
Colonies atypiques - niveau recommandé: moins de 200 UFC/100ml

Le prélèvement d’un échantillon d’eau pour l’analyse bactériologique est soumis à une procédure stricte.

Voici la démarche à suivre :

Le contenant fourni par le laboratoire est stérilisé, doit être ouvert uniquement au moment du prélèvement et ne doit jamais être rincé, car il contient des agents de préservation requis pour les analyses. Les parois internes ou l'intérieur du couvercle ne doivent pas être touchés avec les doigts.
L'échantillon doit provenir du robinet d'eau froide le plus utilisé et l'eau de ce robinet ne doit pas avoir été modifiée par un système de filtration.
Le robinet doit être débarrassé de tout accessoire complétant son bec comme les aérateurs, grillages, pommes d'arrosage, boyaux. S'il est impossible d'enlever ces accessoires, il faut choisir un autre robinet.
L'extérieur et l'intérieur du bec du robinet doivent être nettoyés à l'aide d'une pièce de coton propre imbibé d'une solution d'eau de javel (environ 5 % d'hypochlorite de sodium) ou de l'alcool (alcool à friction).
Afin de s'assurer que l'eau prélevée est représentative de celle circulant dans le système de distribution, il faut laisser couler l'eau pendant 5 minutes avant de prélever un échantillon.
Le contenant doit être rempli au moins jusqu'au niveau indiqué sur la bouteille et en dessous de l'espace d'air d'au moins 2.5 cm entre la surface du liquide et du bouchon.
Le formulaire de demande d'analyse rempli soigneusement doit toujours accompagner l'échantillon.
L'échantillon doit être conservé à environ 4 °C entre le moment du prélèvement et la réception au laboratoire.
L'échantillon doit parvenir la même journée que le prélèvement.

L'analyse bactériologique doit obligatoirement être effectuée dans un laboratoire reconnu par le ministère de l'Environnement (Programme d'accréditation des laboratoires d'analyse).

Saviez-vous que

Une douche de 10 minutes utilise entre 95 à 200 litres d'eau.


Propulsé par PixelSubstance